mardi 10 février 2015

Froth - Foggyview


English version.

C’est sous couvert de l’amitié franco-américaine que le quatuor californien (Echo-Park, LA) Froth sort son nouvel album ce mois-ci, chez nous (Europe) via Azbin et Frantic City Records et chez eux (USA) via Burger.
Après nous avoir séduit en 2013 avec leur première galette psychédélique mais pas chiante, „Pattern“, ils confirment avec leur nouvel LP intitulé „Bleak“ qui résonne parfaitement avec notre triste météo hivernale.
Oui, Froth est emprunt de mélancolie et l’assume à travers un psychédélisme électrique joliment léché. Car si ces jeunes américains ont été élevés au soleil de leur chère Californie et à tous les clichés qui vont avec (surf, skate etc..), ils n’en restent pas moins marqués par une noirceur récurrente. Vous savez, ce spleen intrinsèque qui prend au ventre et ne veut pas nous quitter ? Et bien, celui-ci traverse leurs compositions et se transforme au fur et à mesure en sensation ardente et enflammée.
L’album débute par Afternoon dont on ressort un peu triste et déconcerté, mais ce sentiment est vite balayé par la suite... Postcard Radio, On My Chest, Turn It Off, Sky, Bleak... sont autant de catharsis qui imposent clairement volonté et urgence ; le groupe prend un malin plaisir à élaborer ses mélodies en distorsions extrêmement attachantes. Et tout ça avec un certain talent.
Remonté à bloc, on appréciera aussi les quelques moments plus intimes comme Nothing Baby, et surtout le final acoustique Sleep Alone qui nous laissera charmés jusqu’au bout...

Pour parler simple ça sonne rock, psychédélique, surf, ça évoquera surement Brian Jonestown Massacre, plein de groupes de la scène anglaise indie 90’s mélangé à une sauce Burger Records, mais au delà de ces références, ce n’est que du bon.

Le groupe est actuellement en tournée européenne surement près de chez vous, toutes les dates par ici. À voir absolument car, en plus ils jouent avec un Omnichord...



Cameron, Jeff, Jeremy et Joo-Joo ont gentiment répondu à quelques questions :

" On est actuellement à Berlin, on vient juste de se réveiller et on profite du wifi gratuit... "





x Votre définition du rock and roll ou de la musique ?


Le rock n roll c’est plus ou moins de la musique qui sonne comme le Velvet haha.


x Une image ?




Les photos de William Egglestons me donne toujours envie de partir loin de la ville où j’ai grandi. Je me souviens regarder ses photos quand j’étais au lycée et penser qu’il n’y avait rien d'équivalent ici comparé à n’importe quoi dans l’une de ses photos. (Joojoo)


x Pire cauchemar ?


Après être avoir été en Europe, la plus grand peur qu’on a est de tourner aux USA.


x Un endroit préféré ?

Surement ma chambre. J’aime bien voyager mais quand je suis à la maison, j’aime bien passer ma journée entière au pieu. (Joojoo)


x 3 albums :

- The Velvet Underground - White Light White Heat
- The Strokes - Room on fire
- Stereolab - Transient random-noise bursts with announcements



x Une citation :

« Je ne crois pas que les gens acceptent le fait que la vie n'a pas de sens. Je pense que ça les rend terriblement mal à l'aise. » David Lynch


x Discographie :

- Gas money cd/zine self released (August 2012) - Demo/live at 5 cass Under The Gun Records (dec 2012)



- Patterns - K7 (Burger Records July 2013) – LP CD, K7 (Lolipop Records Jan 2014)



- Saccharine Sunshine b/w Distant Ties 7"- (Mock Records Aug 2014)



- Bleak LP (Azbin Records - Frantic City Records : Europe feb 2015) - LP CD, K7 (Burger Records May 2015)






B. - FGC.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire