lundi 19 mars 2012

Festival Fake Series #1




“Faire de la place à ceux qui en manquent”. C’est, depuis 2007, la vocation première du webzine musical Hartzine, qui a décidé de rendre encore plus visibles les artistes qui ne le sont pas assez, en organisant la première édition de son festival, Fake Series, les 9, 10, et 11 avril prochains, à Paris. Ce n’est pas la première fois qu’Hartzine se frotte à la programmation musicale. L’équipe avait déjà organisé quelques concerts à la Gare aux Gorilles, à l’International et à l'Espace B. Mais cette fois-ci ce sont trois jours de festival qui ont été mis sur pied. Pour notre plus grand plaisir.

La programmation, elle, est à l’image du webzine : défricheuse et alléchante. Elle met donc à l’honneur plusieurs labels indé, dont Not Not Fun et Svn Sns Record.

Jour 1 (lundi 9 avril): Trois groupes du label Not Not Fun se succèdent, avec, pour commencer Ensemble économique. L’Américain Brian Pyle y déploie un univers mystérieux très cinématographique. Ses morceaux, intenses, semblent en effet avoir été pensés pour le cinéma. 


Sa musique trouve un écho dans celle d’Umberto, dont l’univers musical fantasmagorique s’est construit autour du cinéma, et notamment des films d’horreur des années 70 et 80. 
Même mysticisme du côté d'Holy Strays, alias Sebastien Forrester, jeune producteur parisien, dont la musique, à la fois brumeuse et très rythmée, invite à la transe.



Jour 2 (mardi 10 avril): La soirée se fait plus pop. Les Rennais Splash Wave, repérés aux Transmusicales 2011, et leurs synthés, nous font remonter le temps, direction les années 80. Mais sous des dehors flashy, leurs morceaux ne tombent jamais dans le second degré lourdingue.



Un écueil qu’évite aussi soigneusement la Suédoise Molly Nilsson, installée dorénavant à Berlin, qui nous envoûte de son timbre grave. Sa musique teintée de synth-pop 80s se fait tour à tour légère et mélancolique. Adepte du DIY, Molly Nilsson s'auto-produit via Dark Skies Association, son mini label.



Le trio parisien Collateral, qui a déjà collaboré sur deux EP avec le producteur Villeneuve (M83, Anoraak, Team Ghost...), est le troisième groupe de cette soirée. Il se chargera d’étonner et de faire danser avec ses nombreux remixes (Keren Ann, Chad Valley, Arnaud Rebotini...).

Jour 3 (mercredi 11 avril): c’est le jeune label parisien Svn Sns Record qui est ici à l’honneur, avec To The Happy Few, qui mêle beats électro, réverb’ et voix aérienne, le tout posé sur une musique hantée. Et HAPPY NEW YEAR, un nom derrière lequel se cache la Brooklynoise Eleanor Logan et sa pop envoûtante. Notre interview est d'ailleurs consultable ici.


Vendredi 23 mars est organisée une soirée de lancement du festival, au Panic Room (l'event facebook). Au programme: dj sets de Holy Strays, To The Happy Few et la team Hartzine.



Les pass trois jours pour le festival sont en vente sur Digitick  Toute personne achetant une place via Digitick pourra télécharger gratuitement une compilation des groupes du festival sur bandcamp une semaine avant l'ouverture de Fake Series.

Concours: On a des places à faire gagner pour les soirées du lundi 9 et du mercredi 11 avril. Pour participer, vous avez jusqu'au 4 avril pour envoyer vos nom, prénom et la soirée-concerts à laquelle vous souhaitez assister à concoursfoggy@gmail.com  
Les gagnants seront prévenus par mail la semaine précédant le festival.

En attendant le festival vous pouvez consulter le webzine Hartzine et le site du festival.





Carole Boinet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire