jeudi 11 août 2011

Route du Rock été 2011: une programmation très alléchante

-->

Du 12 au 14 août, aux Fort Saint-Père, Palais du Grand Large, Plage Bonobo, L'Escalier.


La sentence est tombée: rafraichir la page Web de Meteo France ne sert plus à rien. L'icône "pluie" reste immanquablement accrochée à la Bretagne, et plus particulièrement à Saint-Malo. La 21e édition de la Route du Rock, incontournable rendez-vous des amateurs de musique indé dans l'hexagone, s'annonce donc pluvieuse. Mais il faudrait davantage qu'un peu de boue pour effrayer les inconditionnels du festival malouin, qui s'armeront, comme l'année dernière, d'un ciré et d'une solide paire de bottes en caoutchouc pour arpenter les allées du Fort Saint-Père, où se déroulent la plupart des concerts depuis la création du festival en 1991. Car la prog vaut, une fois encore, le détour. Le vendredi soir, Sebadoh, cultissime groupe américain de rock tendance lo-fi créé en 1989 par Lou Barlow, ex-bassiste du non-moins célèbre Dinosaur Jr. partage l'affiche avec l'as de l'électro Aphex Twin, figure du label Warp. Samedi, place aux Kills qui reviennent au Fort pour la 3e fois, leur dernier album, Blood Pressures, sous le bras. Un concert qui promet d'être aussi férocement animal que le précédent, en 2009. C'est pourtant un autre duo qui retient notre attention: celui que forme Madeline Follin et Brian Oblivion, alias Cults. Leur pop aux accents 60s nous trotte dans la tête depuis la sortie d'un premier morceau, "Go Outside", en 2010. Dimanche, une vague de garage californien mâtiné de psychédélisme risque de déferler sur le Fort avec le concert de Crocodiles, autre duo, originaire de San Diego. Dans un style différent, Here We Go Magic (Cf. Wol 5), fondé par le songwriter Luke Temple en 2008, promet de nous enchanter avec son mic-mac musical complètement foutraque. 
Cette année, pour notre plus grand plaisir, le nombre de concerts passe à 7 par soir, contre 6 auparavant. Et ça grâce à l'installation d'une nouvelle scène, dite "de la Tour" qui accueillera Etienne Jaumet, Dirty Beaches, et Dan Deacon. 

Pour ceux qui hésiteraient encore à affronter la météo bretonne ce week-end, sachez que la Route du Rock a, cette année, créé des Festihutes, de petites cabanes en bois garantissant au festivalier un abri au sec. 
Reportages et interviews seront à retrouver sur le blog après le festival.
C.Bo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire