lundi 7 juin 2010

The Bitters – Interview Amère



ENGLISH VERSION

Here are the questions...

x Comment vous êtes vous rencontrés ?
Ben: En fait, j’ai commence à trainer avec le frère d’Aerin parce qu’il sortait avec ma sœur, et puis j’ai eu une histoire avec la sœur d’Aerin (lovestyle). Sa mère, Gwen, était contre. J’ai donc contourné le problème en lançant un groupe avec Aerin. C’était le seul moyen de voir sa sœur. Je l’aime tellement. Ange Fogel. Je t’aime.

Aerin: Notre nom vient de l’amertume qui est ressortie de cette situation compliquée. Tout est fini maintenant. Ma sœur est avec son nouvel amoureux, Murphy. Il est plus son style de mec.


x Et qui joue de quoi dans le groupe ?
Aerin : Ben de la guitare et moi de la batterie


x Comment s’est passée votre adolescence?
Ben: Mon adolescence était géniale. J’avais une bonne dose d’acné, je dormais beaucoup et j’appelais ma mère “salope” tous les jours.


x Qu’est ce que vous rêviez de faire, enfants ?
Ben : Mon rêve de gosse c’était de devenir joueur pro de baseball. Mais je me suis cassé deux doigts donc plus de baseball et plus autant de jeux vidéo. C’est comme ça que je me suis tourné vers la musique.

A: Adolescente, j’étais angoissé, et je fumais du shit gratuitement grâce à ma bande de potes du lycée. C’était une période pleine d’eye-liner, d’albums grunge des 90s et de frites-ketchup. C’est à cette époque que j’ai récupéré 4 chats de race Maine Coon qui avaient été laissés dans un buisson par mon voisin, un vieil home adepte de magie noire. Ces chats sont tous morts en deux jours pour des raisons inconnues. Pas besoin de le dire, j’ai beaucoup souffert, et suis passé par une profonde dépression dans les dernières années du lycée, même si j’étais entouré de nerds indie de l’école d’art qui passaient leur pause déjeuner à réaliser des peintures murales sur leurs dos avec de la peinture corporelle et des paillettes biodégradables.




x Qu’est ce que la musique a changé pour vous ?
A : Jouer me rappelle de boire de l’eau tout le temps.
B : je chante dans la douche beaucoup plus souvent qu’avant. Et mes journées sont plus sympas.


x Le nom de votre groupe semble lié à votre musique, « amer »… Pourquoi avez-vous choisi de produire ce son brut, sale ? Qu’est ce qui vous a poussé à suivre ce type de chemin musical?
B: On a choisi ce type de son Flanger parce qu’on voulait vraiment baiser la musique, tu vois? La baiser toute la journée, et recommencer, encore et encore.
A: J’ai acheté deux pédales Flanger à Ben pour son 12e anniversaire, quand il s’est cassé deux doigts.


x Nous avons grandis (grâce à nos parents) dans le rock des 60's, 80's. La musique était alors toujours plus ou moins liée à d’autres formes artistiques. Etes-vous attachés à d’autres formes d’art? La peinture, le cinéma, la littérature, etc.
A: J’écris des romans pour mes amis. Ça leur permet de s’échapper de leur routine.
B: J’ai en quelque sorte grandi dans la musique, mais j’ai également grandi dans le cinéma, et dans les livres.


x Dans quelle mesure envisagez-vous votre musique comme quelque chose d’ « universel » ?
Je me lève le matin, mange des céréales et pense tout simplement à son universalité.



x Concernant votre premier LP, East General, pourquoi avoir choisi cette illustration (un fœtus à l’intérieur d’un corps mutilé) ?
L’illustration a été réalisée par notre amie Dona, une riche nana du Moyen Orient qui est propriétaire du club de foot West Ham United. Selon Pitchfork elle l’aurait volé à un groupe de métal. Plus sérieusement, l’image est top et elle correspond parfaitement à l’ambiance de cette période là, quand Aerin et moi avons eu nos premiers enfants.
On a choisi le label Mexican Summer parce que ce gros con de Rick Rubin ne voulait pas nous signer.


x Y a-t-il une scène rock au Canada ? Ou vous considérez-vous plutôt comme appartenant à une scène anglophone, allant des USA à l’Angleterre ?
A : Je suis de toute façon Américaine. Il n’y a pas de scène rock au Canada.


x Quels sont vos plans pour le futur ? Des concerts de prévu en France ?
Je crois que nous jouons bientôt aux Eurokenesse (sic)


x Vous connaissez des artistes français ?
B : Je connais tout des merdes jeunistes et romantiques des années 60. Et le groupe Data Rock (ndlr : français ?...). Mon livre préféré est Histoire d’O (véridique).
A : Levinas, Sartre, Foucault.


x Votre dernier coup de cœur musical ?
A : Kurt Cobain
B : Des bouquins pour pré-ados tirés des Misérables. J’étais aussi un pré-ado à l’époque.


x Vous nous faite une blague locale ?
The TTC (local transit)


x Votre dernier souvenir/histoire brumeux (Foggy Story) ?
Ouais, Un pote d’un groupe dont les initiales sont HBF s’est fait « doggystylé » par un stripteaseur complêtement coké ! l’enfer ! Foggy as Hell!


x Le dernier (foggy) club dans lequel vous avez jouez ?
Costco and the Toronto Coffee Conspiracy


- Roll K & B -



The Bitters are Ben Cook/Young Governor and Aerin Fogel, pop perfect east-end duo ca. 1991, prolific collaborators of elven descent.

To get The Bitters...
Labels:
Mexican Summer
Captured Tracks
Woodsist
Sacred Bones
and more…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire